Energie

Description

L'énergie nette est le contenu énergétique des aliments qui contribuent à couvrir les dépenses (entretien, travail, lactation,...) de l'individu, et qui permet l'épargne des réserves corporelles. Elle correspond à l'énergie métabolisable (c'est à dire digéré dans l'intestin grêle ou dans le gros intestin. Le reste est élimé par les selles, dont 1/3 pour les hémicelluloses et de 3/4 pour les fibres des fruits et élgumes) moins la production de chaleur associée au métabolisme des nutriments pour la fourniture d'énergie libre aux cellules, ou à la lipogenèse, ... Ces pertes de chaleur dépendent de la nature des nutriments (glucose, acétate, acides aminés, acides gras) et des voies métaboliques qu'ils empruntent. Elle correspond donc à la valeur énergétique réelle des aliments, telles que données par la table CIQUAL. Leur détermination en KiloCalories (unité que nous utiliserons) ou en KiloJoule (1 Kcal = 4,185 KJ) nécessite la réalisation de bilans énergétiques en chambre calorimétrique (combustion de l'aliment pour mesurer la quantité de chaleur produite).

La valeur d'énergie des aliments dans la base de données est définie en brûlant ces aliments en laboratoire et en recueillant la quantité d'énergie émise. Mais dans l'organisme, l'utilisation de cette énergie n'est pas homogène suivant les type de nutriments, en particulier pour les glucides (en fonction de l'indice glycémique) et les lipides (en fonction de la nature des graisses, saturées et insaturées).

Ce qui emporte plus, c'est le bilan énergétique qui est la différence entre les apports et les dépenses.

Les dépenses d'énergie sont de plusieurs types :

  • Métabolisme de base. Il s'agit de la quantité d'énergie nécessaire pour assurer les fonctions vitales de l'organisme humain
  • Thermogenèse alimentaire. La prise alimentaire augmente les dépenses énergétiques de l'individu au repos, et ce de manière proportionnelle à la quantitié d'énergie ingérée.
  • Thermorégulation. Ce sont les dépenses faites pour maintenir la température corporelle à 37-37,5°C, quand on est exposé à des températures extérieures basses.
  • Activité physique. Elle est le second facteur de variation de la dépense des besoins énergétiques des individus, après le poids et la composition corporelle.

Les origines de déséquilibre du bilan énergétique, peuvent être :

  • L'alimentation
    • la consommation de lipides contribue de façon prépondérante à l'augmentation des apports caloriques du fait de la densité des aliments riches en graisses par rapport à celui des autres macronutriments.
    • la destructuration des rythmes alimentaires (absence de petit-déjeuner ou de déjeuner, grignotage, en particulier devant la télévision), et les prises alimentaires en dehors des repas (dont celles qui sont impulsives) contribuent pour une bonne part à l'augmentation des apports caloriques.
    • l'alcool parait, chez certains individus, favoriser la prise de poids par son apport énergétique, ses effets sur l'oxydation des graisses et ses effets sur l'impulsivité, en particulier alimentaire
  • l'activité physique : la sédentarité favorise la prise de poids et l'obésité
  • des facteurs génétiques
  • des déteminants sociétaux. Les styles de vie influencent les habitudes alimentaires et l'exercice physique :
    • l'industrialisation et l'urbanisation ont réduit la dépense énergétique. L'activité physque prédomine pendant le temps de loisirs et résulte d'une démarche volotaire
    • l'organisation du temps de travail scolaire laisse un temps limité à l'activité et à l'éducation physique. Or l'exercice, chez les enfants, a des effets bénéfiques sur la corpulence et les conduites alimentaires
    • l'évolution des modes alimentaires est caractérisée par une diminution de la comsommation de glucides complexes, de fruits et légumes frais et par une augmentation de matières grasses animales et de produits sucrés
    • la température ambiante des logements a augmenté
    • de nombreux aliments très largement proposés et consommés actuellement ont une densité calorique élevée (par exemple : viennoiseries, chips, sucreries et boissons sucrées par rapport à l'eau ...)

Les sources d'énergie

Voir la liste des aliments apportant le plus d'énergie

Les besoins

Les scientifiques décomposent le calcul des besoins d'énergie en 2 parties :

  • celle liée au métabolisme de base. Suivant le sexe, son poids, sa taille et son age, une formule de calcul (Equations de Black et al) permet de déterminer la valeur d'énergie nécessaire pour l'entretien de son métabolisme de base
  • celle liée à l'activité. Un coefficiant d'activité (compris généralement entre 1,2 et 2), multiplié au besoin de métabolisme de base, permet de définir le besoin quotidien en énergie. Le Nutriomètre® vous propose, pour facilier cette évaluation, 5 niveaux d'activités courament utilisés, dans lequels vous devrez vous situer en moyenne pour que soit calculé votre besoin énergétique moyen quotidien pour permettre l'équilibre de votre bilan énergétique.

(Source : "Apports nutritionnels conseillés pour la population française", du CNERNA-CNRS. Edition coordonnée par Ambroise Martin.)

Français